Le tournage de bois vert est une solution de pis-aller, maintenant on n'a plus le temps de stocker, plus de lieu de stockage… sur internet on nous explique que le séchage c'est 1 à 2 centimètres par an ! Donc une bûche de 20 cm de diamètre, c'est de 10 à 20 ans de séchage… c'est pour ça que les troncs sont débités en grosses planches appelées plateau qui permet un séchage plus rapide. Maintenant à notre époque moderne (ça me fais sourire dans le chasseur français des années 50 y a la même phrase) le bois est mis à bouillir sous pression dans un mélange chimique digne de Frankenstein pour le "tuer". Le tout, sous le doux euphémisme de "bois autoclavé" ce qui fait que normalement votre terrasse, votre chalet ne se gondole pas aux premiers rayons du soleil ou sous la pluie. Mon grand-père était menuisier, sabotier et forgeron dans un petit village du coté de Brest et il avait aussi des chèvres, c'est lui qui équipait les environs de manche fourche, faux, râteau et autres outils agricoles.

Et il avait dans son atelier des dizaines de manches de toutes sortes à sécher pour remplacer les manches d'outils cassés… inutile de vous dire que quand les premiers manches bien ronds et rectilignes sont arrivés à la quincaillerie du coin son activité s'en est trouvée réduite. De la même manière l’abattage des arbres à une autre époque, tenait compte de la saison, en hiver pour que la sève soit descendue, mais aussi de la lune.

Tout ça pour dire que l'époque n'est plus à donner du temps au temps…

Je viens de récupérer du saule pleureur achi-vert pour le coup, coupé le 14 juillet, suite à une annonce sur leboncoin… j'ai offert à mon généreux donateur un bol de ma fabrication, j'aime le troc. L'arbre étant coupé en plein été je me suis dit que les conditions requises pour un séchage normal était largement compromise ! 

20180714_111102

Le monsieur m'avait donné avec un morceau sec de 3 ou 4 ans, je l'ai donc monté sur le tour et à ma grande surprise, impossible de faire un copeau, pris d'un doute je réaffute mon outil mais non même résultat : ça part en petits morceaux, une espèce de sciure et une sensation très désagréable dans les mains. J'ai donc décidé de couper un tronc vert et de voir ce que ça donnait. 

20180824_141628

20180824_142055

On fend la bûche et montage sur le tour

20180824_142235

20180824_144519

Une autre sensation ! Facile, de beaux copeaux, 

20180824_150108

J'ai donc fait une ébauche pour voir le résultat une fois sec…. Avec la température actuelle dans mon atelier ça n'a pas traîné ! Six semaines après, l'ébauche ne s'est pas fendue, c'est déjà pas mal, elle a pris du faux rond (ovalisé), un peu déformée de partout mais rien de rédhibitoire. Je l'ai mise sur le tour et là, même galère, l'impression de raboter plus que de couper, j'ai mis un temps fou à récupérer par toutes petites passes une forme a peu près convenable. Apres beaucoup de ponçage, je pense que le bois n'est pas assez sec, je n'arrive pas à avoir une surface super lisse malgré le grain de 240 qui normalement me donne une surface presque glacée. Le résultat a l'air pas mal, j'aime la couleur un peu ambré, le veinage délicat du bois

20180824_155341

Du coup je me dépêche de tourner les autres morceaux avant que les troncs sèchent ! Une fois les ébauches faites Il me reste à attendre que ça sèche tranquillement et de les remettre sur le tour pour les terminer, ça m'occupera les longues soirées d'hiver 

20180824_151625

Contactez moi

Je veux juste des encouragements ;-)

Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner une adresse e-mail valide
Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner ce champ
Saisie obligatoire